lundi 24 août 2015

J-252 : Ca se discute n°2

Des complexes, ou comment j'ai arrêté de vouloir tuer la femme qui dit qu'elle se trouve grosse alors qu'elle a un IMC "normal". 

Ouai, c'est super long comme titre, et alors ? 

   - Dans ce volet de ça se discute, nous allons prendre le temps de nous arrêter sur une caractéristique qui semble récurrente chez la femme : les complexes. Nous recevrons pour témoigner : 
- Julie, mince depuis toujours, qui ne s'accepte pas.
- Lou, qui suite à un régime pensait pouvoir se mettre en maillot sans rougir,
- et Sophie*, ronde mais bien dans sa peau. - 
Les dialogues, c'est pas ma tasse de thé, repassons au style traditionnel.


Quel pourrait bien être le point commun de ces femmes imaginaires ? Point trop de suspens, c'est le titre de l'article, elles ont toutes des COMPLEXES.
Quelle qu'en soit la raison, chacune idéalise un corps qu'elle pense "parfait" - et chacune rêve d'avoir un jour ce corps.

Et parce que j'ai pas envie de faire les choses comme tout le monde, aujourd'hui je donne mes conclusions avant l'argumentation :

1 : nous sommes toutes/tous uniques. La perfection universelle ne peut pas exister pour cette raison. Chacun a ses propres goûts/définitions de la perfection (définition qui peut également changer avec l'âge...) dictée par les codes sociaux auxquels nous sommes sensibles. (Bon, par exemple, Nabilla et autre Kardashians, je m'en tamponne le coquillard. Mais je connais des jeunettes à qui sa évoque un certain idéal)

2 (découlant du point numéro 1 parce que c'est quand même bien fait) : toute personne vivante à le droit d'avoir des complexes selon sa propre définition de la perfection, et l'idéal qu'elle souhaite atteindre. Qu'une femme/homme pèse 40 kilos et se dise "complexée", c'est possible. C'est sa perception de son corps, et cette perception mérite d'être considérée (et respectée) en tant que telle. (signé Karadoc)

3 : On peut respecter les complexes d'autrui, mais également encourager cette personne a les abolir.
Vous ne pouvez pas plaire à tout le monde. C'est IMPOSSIBLE. Vous pouvez vous tuer en essayant, il y aura de toute façon des gens qui vous détesteront pour seulement essayer. (si si, je vous jure) Alors pourquoi se mettre autant la pression ?

Je ne comprends pas bien pourquoi la ronde semble plus maquillée que la fine... mais bon : "nous n'avons qu'un corps, aimez celui dans lequel vous êtes".

Vous avez les conclusions en tête ? Bien, on y va pour l'argumentation maintenant !

Quoiquesse que c'est qu'un complexe ?
Larousse, c'est à toi :

"Complexe n.m. : Ensemble structuré d'éléments mnésiques inconscients de la personnalité, qui l'organisent (la personnalité) nécessairement chez chacun, à l'insu ou non du sujet, et déterminent ses affects et ses actions. 
Terme introduit par Jung et Bleuler, repris par Freud pour le fameux complexe d'Oedipe."

C'est Quoi ce CHARABIA les mecs ? Foutus psychanalystes... Allons voir la version "langage familier"...

"Avoir des complexes (expression) : être animé de sentiments divers et contradictoires qui entraînent une certaine forme d'inhibition dans l'action."
(Ouais, c'est mieux)

On a la définition, je vous fais une petite liste des points importants :
- un seul "sujet" concerné par le complexe,
- a un impact sur ses actions et sentiments,
- aucune organisation logique.
DONC : personne à part vous-même ne peut comprendre/ressentir vos complexes (c'est dans la définition - et ça recoupe les conclusions numéro 1 et 2).

Arrêtons nous deux secondes pour une justification impromptue du titre. Un complexe, par définition, ça n'a rien de logique, et ça n'a rien de compréhensible pour autrui. A partir de là, pourquoi avoir envie de hurler/taper/manger la femme mince qui se dit complexée ? Elle en a tout à fait le droit. Et elle ne dit pas ça pour vous/nous complexer d'avantage. Elle est juste complexée. Avec elle-même, et elle vous en parle pour essayer de trouver une solution, pas pour vous enterrer six pieds sous terre. (Et s'il s'avère que cette femme a uniquement pour but de vous faire sentir grosse, mangez-la. Là, c'est justifié !)

L'argumentation du point numéro 3 est un peu différente car plus personnelle. Je ne me considère pas comme une personne complexée. Il m'arrive une fois par mois d'avoir un petit malaise avec mon ventre et autres cuisses, mais globalement, j'accepte mon corps. J'ai eu des périodes dans ma vie où j'étais moins à l'aise avec mon corps que maintenant. Sauf que j'avais beau tenter de le cacher, on le voyait quand même, et je ressentais le regard de certains "autres". La conclusion "tu te mets la pression pour rien" s'est imposée d'elle-même. Quel que soit le corps que nous avons, il y aura toujours une personne pour le trouver laid, ou mal habillé, ou vulgaire etc. Alors j'ai décidé de porter ce qui me plaisait. A moi. Et de me fiche du regard des autres. Parce que je ne pouvais pas plaire à TOUT les autres, et que me plaire à moi, finalement, c'était plus important.
Depuis, quand quelqu'un me dit qu'il/elle est complexée, j'essaye de lui démontrer que ce complexe ne sert à rien. Qu'il lui pourrit la vie pour une question de "regard des autres" qui ne reflète pas la réalité. Parce que s'aimer comme on est, c'est quand même vachement plus facile - et que de toute façon, chaque "autre" dont on parle a un avis différent sur la question, et qu'il est impossible de correspondre à tous. (J'veux dire, vous pouvez pas à la fois plaire au mec qui aime les gros fessier ET à celui qui les aime petits par exemple...)


--------------------------------

Conclusion bonus : 

Perdre du poids n'aide pas à résoudre les complexes. Un complexe vient d'une perception erronée/biaisée de votre corps. Ce n'est pas parce que votre corps change que votre perception va changer. Résoudre le complexe avant de perdre du poids est bien moins frustrant que l'inverse. Car si on perd du poids pour ne plus être complexé, on échoue souvent car on se rend compte que notre perception n'a pas changé avec le poids indiqué sur la balance...

---------------------------------


Je pense avoir justifié l'ensemble de mes conclusions. Cependant, n'hésitez pas à lancer/rebondir sur le débat, les "ça se discute" sont fait pour ça ! Racontez-moi aussi comment vous vous sentez avec vous-même, si ce que je raconte vous semble tout à fait absurde ou au contraire intéressant !



Jour 113 : Au fait, j'ai reperdu le poids que j'avais pris pendant les vacances, plus que 2 kilos pour être au -10 ! (*danse de la victoire*) 



* Toute ressemblance avec des personnes existantes est bien entendu fortuite.
Réactions :

2 commentaires:

  1. Première chose ! Bravo pour cette acceptation du corps ! C'est réellement un point important à résoudre. Peu importe notre silhouette, il y a toujours quelque chose qui ne va pas ! Mais apprendre à s'aimer, à aimer son corps, est une base importante pour se sentir plus heureux/heureuse et surtout se sentir bien !
    Et en effet, comme le dit le bonus, maigrir pour atteindre le corps idéal et enfin s'accepter ne marche pas ! Il faut d'abord s'accepter, ou du moins apprendre à le faire pendant le parcours de la perte de poids !
    Bonne continuation !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ce commentaire ! S'il y a un message que j'espérais faire passer c'est celui-là, je suis contente que ça ait fonctionné !

      Supprimer

Merci d'être passé me faire un petit coucou !