mercredi 26 août 2015

J-250 : Comment j'ai appris à vraiment écouter mon corps.

On aurait pu croire que c'était des paroles en l'air, mais finalement non. Je vous en parlais ici (c'est à dire il y a un mois, oui, je sais), j'avais découvert que j'étais une stéréotypée de l'alimentation... J'avais également évoqué certains nouveaux apprentissages dont je devais vous parler, eh bien c'est maintenant ! 



Recommençons par le commencement : J'ai appris à manger.

Ça a l'air bête, mais je pense que ça a un lien avec mon obésité. J'ai appris à manger trois repas par jours. J'ai appris à ne jamais sauter le petit déjeuné (ou n'importe quel autre repas d'ailleurs). J'ai appris à finir ce qu'il y avait dans* mon assiette, j'ai appris à me resservir (parce qu'il fallait finir les casseroles, une raison obscure de fraîcheur des légumes ou des pâtes - moi non plus je ne comprends pas!!), et j'ai aussi appris à manger des quantités d'éléphant ("c'est des légumes, tu peux" qui s'est transformé - je ne sais plus vraiment à quelle occasion - en "terminer le paquet de biscuits en une fois au goûter"). Plus tard, j'ai appris qu'il fallait "manger équilibré" à chaque repas et qu'un repas "équilibré" ce composait de protéines/féculents/légumes.
J'ai vécu presque 25 ans avec ces apprentissages alimentaires, et je n'avais jamais pensé à les remettre en question (même si j'ai arrêté les biscuits il y a longtemps, rassurez-vous). Pourquoi ? Eh bien parce que c'était bien ancré -déjà- et aussi parce qu'il me semblait être la seule de ma cellule familiale à être en surpoids obèse. Le problème venait donc de moi, et pas de la qualité de la nourriture. (J'ai aujourd'hui tendance à penser que c'est aussi ce qu'on voulait me faire croire - "pourquoi on changerait  se priverait pour celle qui mange trop de biscuits...")

Et puis, j'ai eu un déclic...

J'aimerais dire que j'ai été touchée par une bénédiction divine et que c'est venu comme ça. Mais ça serait mentir, ce qui enlèverait toute divinité à la chose, convenez-en. Je sais exactement quand ça s'est passé, et ça n'est même pas au début de ce projet de perdre 35 kilos. Je ne me souviens plus de la date - ça devait être en juillet - mais je me souviens du moment. On discutait de manière parfaitement innocente avec z'Homme et une amie en visite exceptionnelle dans mon plus-si-nouveau chez moi à l'autre bout de la France. On discutait d'alimentation, d'habitudes, de confort-food et autres sujets associés. Et c'est à ce moment que je me suis rendue compte qu'on ne mangeait pas de la même façon elle et moi, qu'on n'avait pas les mêmes besoins, que ce que je pensais nécessaire ne l'était finalement peut être pas.

Z'homme et cette amie - elle se reconnaîtra - ils ont déclenché bien des choses ce jour là... (et si tu lis cet article, amie, je te remercie pour avoir crée mon moment d'insight)



Et c'est comme ça que j'ai commencé à changer

J'ai tout remis en question. Je suis une fille comme ça moi. Je me pose des questions. (Vous l'aviez remarqué, vraiment ?) Et quand je commence à poser des questions, je vais au fond des choses. J'ai étudié la qualité de la nourriture, la quantité de la nourriture, l'écoute de mon corps, les signaux de faim, de soif, d'envie de salé ou sucré. J'ai étudié ce que je pensais acquis : je l'ai déjà évoqué, mais je pensais honnêtement écouter mon corps, je ne m'étais pas rendue compte d'agir par automatisme quand on me mettait face à mon assiette... J'ai gardé ce qui me semblait juste et mis de côté ce qui me semblait moins juste.

Quelques exemples de mes nouveaux comportements alimentaires :
- aujourd'hui, il m'arrive de sauter un petit déjeuné si je n'ai pas faim.
- aujourd'hui, je me jette sur la salade, tomates ou autres légumes quand je termine ma séance de sport parce que c'est ce que mon corps réclame. 
- aujourd'hui, je suis capable de m'arrêter de manger en plein repas pour décider si j'ai encore faim ou non.
- aujourd'hui, je suis capable de manger ce dont j'ai besoin et non ce qu'on nous apprend à manger. (Des féculents à chaque repas, est-ce réellement ce dont j'avais besoin ?)

Aujourd'hui, je vous écris tout ça mais c'est bien loin d'être acquis. Certains apprentissages ont la vie dure. Mais de savoir que je peux manger autrement (sans aller dans les extrêmes, je ne compte pas arrêter la viande par exemple) me permet aussi d'être encore moins pressée à maigrir. Le but n'est plus de perdre du poids (enfin si un peu quand même), mais il est de faire du bien à mon corps et de l'écouter pour du vrai. Je me rends compte de ce que j'avale, de ce dont j'ai réellement envie (et, bien souvent, ça n'est pas d'un MacDo'), et j'apprends à accepter la faim quand elle vient plutôt qu'à la devancer.

Il y a tout de même une chose qui est acquise : ce processus me fait du bien, mes changements sont positifs, et ce nouveau moi il est pour la vie.
Et je sais aussi que mes nouveaux apprentissages peuvent changer en cours de route parce que j'ai choisi d'avancer par tâtonnements successifs...



Jour 115 : Au fait, le but du processus est de trouver ce qui me convient, pour ne plus avoir à me poser de questions justement... (C'est fatiguant, à force) 



* expression superflue quand on vient du Nord-Pas-de-Calais...
Réactions :

2 commentaires:

  1. Belle Bénédiction alors ! :)
    Et oui, c'est un vrai apprentissage l'alimentation.. Les médias et même certain programmes de prévention pensant bien vouloir faire, nous mène à des comportements alimentaires inadaptés à nos besoins !
    Bravo pour cet apprentissage ! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup ! Ce n'est vraiment pas facile de faire le tri quand on recommence à zéro ...
      Mon avis c'est que la pratique de certains professionnels n'aide pas non plus. Je pense par exemple aux nutritionnistes overbookés dans les hôpitaux qui n'ont pas le temps de faire autre chose que donner une liste de recommandations identique à tous leurs patients (ce qui donne l'impression que tout le monde doit manger de la même manière). Mais je parle là plutôt d'une remise en cause de la prise en charge de l'obésité en France, ce qui rejoint votre commentaire des programmes de préventions et autres médias !

      Supprimer

Merci d'être passé me faire un petit coucou !