lundi 22 février 2016

Ce qui a changé depuis le début de ma perte de poids : partie 3.

Cet article est la continuité des articles suivants : partie 1, partie 2.
Je vous invite à les relire si vous êtes perdus. Sinon, en voici la suite et fin.

A vous tous qui avez réussi votre voyage, félicitations. Merci de me montrer que c'est possible. J'arrive.

La perception de "moi" par rapport "aux autres" a changé.

J'ai l'impression de tout juste avoir découvert qu'il est normal que chaque personne mange différemment (en quantité je savais, mais en qualité aussi), qu'on a voulu me faire croire que les besoins alimentaires sont identiques pour tout le monde ; que si "pour untel ça fonctionne, il n'y a pas de raison de prendre du poids en adoptant le même style de vie". (Enfin, ça doit être vrai si on mange 3 carottes par jour)
Mais en fait non. Il n'y a pas un mode de vie sain. Il y a un mode de vie sain par personne consciente de ses besoins et du fonctionnement de son corps/métabolisme.

Manger en petite quantité, c'est relatif à l'organisme dont on parle. (Un peu comme la perception du temps. Désolée. J'ai pas pu m'en empêcher).

J'ai arrêté de me comparer à autrui.

Si je suis en compétition aujourd'hui, c'est avec le moi d'hier. 


Puisque chaque personne a un métabolisme différent, je ne me sens plus inférieure à la personne qui mange 5 fois plus que moi et qui est mince. Je lui souhaite juste de se sentir bien, et je lui pique des recettes quand ça me chante.
Chaque jour est une chance de progresser : par rapport à ma façon de manger, la séance de sport que je vais réaliser, ma recherche d'emploi...
Alors, certes, je n'ai pas des résultats fulgurants, mais je vais à mon rythme. Et si mon rythme est celui de l'escargot malade ? Qu'à cela ne tienne, il me faudra juste continuer à progresser un peu tous les jours.

J'ai un objectif. J'y arriverai. Même l'escargot est capable de passer la ligne d'arrivée.

Je suis fière de moi.

Et puisque cet objectif ne concerne que moi, il est temps d'assumer et d'être fière de mes nouvelles habitudes. Pas pour les imposer à autrui, mais parce que je sais que c'est ce qui est bon pour moi.
Il est temps de ne plus me laisser emporter par les habitudes d'autrui juste parce qu'elles me font envie, ou parce qu'on les estime adaptées pour moi à ma place. Il est temps que ne me laisse plus faire, que j'ose dire "non" et que mes choix soient reconnus.

Le nouveau moi sait (ou pense savoir/saura) ce qui est bon pour elle et ne laissera plus autrui essayer de lui faire croire le contraire.

Même si je suis loin d'avoir réussi, je suis fière de moi, de mes choix et de la personne que je suis et vais devenir.


Voilà qui conclue définitivement ma mise à jour/bilan des 9mois. (Et je viens de réaliser que c'est la même date que pour un accouchement. Et je ne sais pas encore si c'est mignon ou glauque). J'espère que cette série d'article aura été inspirante pas trop chiante.

Le trajet du changement est long, mais il vaut le coup. Accrochons-nous pour devenir les meilleurs nous possibles.

Réactions :

1 commentaire:

Merci d'être passé me faire un petit coucou !