lundi 14 septembre 2015

J-231 : 4 questions à se poser avant de démarrer une perte de poids

Bien le bonjour enzymes !
Etant toujours en perpétuelle réflexion sur le processus dans lequel je me suis lancée, je me suis décidée à vous rédiger un article comme je ne pensais jamais vouloir en rédiger un... Hormis le fait que cette phrase donne l'impression d'être française, mais que je ne suis pas sûre que ça soit le cas, je voudrais aujourd'hui vous parler des questions à se poser pendant ou avant de démarrer une perte de poids. Beh oui, en relisant mon blog ce matin, je me suis rendue compte que j'aurais dû/aimé me poser ces questions au début, et que les choses en auraient peut être été différentes/plus simples/avec moins de pression... (Je me suis aussi rendue compte que le début du blog est plutôt incohérent mais qu'il reflète bien ce que j'étais et ce que je deviens. Donc je vais le laisser comme ça, désolée si vous prenez le train en route).
Allez, on y va pour 4 interrogations à se poser avant de démarrer une perte de poids conséquente* : 


1 : Est ce que le fait de perdre du poids va me faire aimer mon corps ?

Je pense que c'est la question number one, parce que c'est celle dont on croit avoir la réponse. J'veux dire, évidemment que je vais aimer mon corps avec 10/20/35 kilos en moins !
Oui... Mais en fait non. Le fait est qu'aimer son corps, c'est indépendant du poids qu'on fait. Alors, perdre du poids, oui, ça peut être chouette, mais ça n'aidera pas à régler tes complexes. (Pour l'argumentation complète, passe faire un tour ici)
Enfin, maintenant que tu es au courant, pose toi la question avant de te laisser avoir par des stéréotypes de corps parfaits.

Oui, alors non, ce n'est pas moi. C'est Tara Lynn. Et que quelqu'un ose me dire qu'elle est moche malgré son corps à rondeurs !


2 : Suis-je prête à opérer un changement global et durable de mon mode de vie ?

Cette question ne concerne que les personnes qui ont beaucoup* de poids à perdre. Le fait est que si on a un surplus pondéral énorme, c'est pour une ou plusieurs bonnes raisons. Alors ces raisons, il va falloir les modifier. Et à long terme s'il vous plaît, pour éviter de tout reprendre en cours de route. Si vous voulez perdre du poids sans changer votre style d'alimentation, passez votre chemin. Je parle bien de modifications/changements profonds : il va falloir trouver des stratégies de remplacement, refaire ami/ami avec les légumes et diminuer les fast-food. Il ne s'agit pas de vous priver pendant 3 semaines pour perdre 10 kilos vite fait bien fait, puis d'en reprendre 15.
Alors, cette nouvelle alimentation, c'est pour la vie !**


Vas-y, clique, juste pour avoir la recette et le blog d'origine ! 


*Beaucoup = + de 10 kg
** : Cette phrase ressemble beaucoup à du plagiat d'un article du blog Habitudes-santé, mais comme j'en fais la pub, je suis sûre qu'on me pardonnera.

3 : Quelle méthode adopter ?

"Je le fais parce que j'aime ça, pas parce que c'est à la mode"

Déjà, si tu te poses cette question, il y a un problème. Si tu penses "méthode", tu penses ce que la société a remis au goût du jour ces derniers temps... Rééquilibrage alimentaire, sport, mouvement healthy et vegan... Oui, sauf que en théorie, garder un poids de forme se fait sans y penser... Attention, je ne dis pas que manger sain est à bannir. Non, manger sain c'est bien, faire du sport c'est bien, avoir des convictions c'est bien. Mais faire du sport pour maigrir, c'est se forcer à faire quelque chose dont on n'a pas forcément envie. J'veux dire... Je fais du sport solo parce que j'aime ça, je mange des légumes parce que je trouve ça bon. Mais on ne me forcera pas à faire du foot juste parce que c'est le dernier sport à la mode. Faîtes attention à ce qu'on nous "vend" sur les réseaux sociaux, même quand ce sont des personnes comme vous et moi ! Vous n'aimez pas la salle de gym ? Eh bien n'y allez pas ! Essayez le sport à la maison, ou faites vos courses à pied, ou en vélo... Adaptez votre nouveau mode de vie à ce que vous aimez, vous,et ne vous forcez pas à faire comme tous les autres juste parce qu'ils ont eu des résultats. Vous en aurez aussi si vous vous penchez sur vous-même et ce dont vous avez réellement besoin - en tout cas, moi j'en ai eu de cette façon. Vous et votre corps avez la solution, prenez juste le temps d'y réfléchir.



4 : Est ce que j'ai besoin de perdre du poids ?

Le terme clé dans cette question c'est bien la notion de besoin. Et là je vais vous parler d'un avis très personnel, et vous aurez le droit de me taxer de siphonnée du ciboulot après. Je pense donc que pour perdre du poids durablement, il ne faut pas en avoir besoin. (Je mets de côté les raisons de santé, où dans ce cas il est évident que c'est un besoin, engageant parfois le pronostique vital)
Je vais tenter de m'expliquer... Si vous pensez que perdre du poids est une nécessité : nécessaire pour s'habiller, pour plaire au sexe opposé, pour se sentir bien, pour être belle etc, je pense que vous ne pourrez pas perdre du poids de manière saine, durable et en totale paix avec vous-même (moment bouddhiste de l'article). Perdre du poids n'est pas une solution. Ca ne vous fera pas vous sentir joli(e), ça ne vous aidera pas à choisir les vêtements qui vous vont dans les magasins, ni à trouver l'homme de votre vie. Perdre du poids est un processus qui se met en place quand vous êtes en accord avec vous même, quand vous savez que ça ne vous rendra pas plus heureux, quand vous avez compris que la perte de poids est un effet collatéral - positif, certes, mais collatéral. Il n'est pas nécessaire d'être mince pour réussir sa vie, être mince ne réglera pas vos problèmes, votre poids n'est pas ce qui fait de vous une personne. Une fois que ce poids sera perdu, vous ne serez pas un "ancien obèse", non, vous serez toujours vous, avec vos défauts et vos qualités, et vous devrez toujours vivre avec vous-même.
Il serait hypocrite de dire que quand j'ai démarré ce blog, je n'avais pas besoin de perdre du poids. Si. J'en avais besoin. Et c'est pour ça que je m'étais fixée des objectifs. Sauf qu'au fur et à mesure, mon avis sur la question a changé. J'ai toujours envie de perdre du poids, parce que ça me donne accès à de nouvelles activités par exemple, mais aussi parce que je n'ai plus besoin de manger pour gérer mon stress ou la frustration. Au final, je veux juste perdre mon gras superflu parce que je n'en ai plus besoin, il ne me sert plus à rien alors pourquoi le garder ?



Conclusion

Si je devais conclure, je dirais que perdre du poids ne doit pas être un combat. Vous ne combattez pas la graisse. Un corps qui fonctionne normalement a de la graisse (ça aide notamment les femmes pour l'accouchement). Le but n'est pas d'éradiquer un problème, le but est de comprendre pourquoi vous pensez avoir un problème et de faire la paix avec soi-même. Si vous souhaitez combattre quelque chose, combattez vos mauvaises habitudes et vos apprentissages en rapport avec la nourriture. Ne combattez pas votre corps, il n'a rien demandé, et il vous suivra de toute façon jusqu'à la fin...

"Je fais de la muscu et du cardio parce que j'aime mon corps, pas parce que je le déteste"








Jour 134 : Non, je n'ai pas un trouble de la personnalité. Mon style d'écriture est différent d'un article à l'autre parce qu'ils sont plus ou moins sérieux, plus ou moins personnels, plus ou moins pertinents (et plus ou moins écrits à l'avance...). 

            



Réactions :

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Merci d'être passé me faire un petit coucou !